NewsTopos SkiTopos AlpinismeConditions cascades de glaceConditions Mixte MontagneVTTPhotosPanoramasHistoriqueCuriositésVoyagesLiens
BiographieNewsletterContact
Cime du Gélas (3143 m) : voie Lasserre-Pistone.




Superbe traversée dans la cinquième longueur.


Ouverte en 1967, la voie Lasserre-Pistone demeure le plus ardu des itinéraires d'accès au point culminant des Alpes-Maritimes, sans pour autant atteindre des difficultés extrêmes. C'est une très belle escalade sur gneiss au caractère engagé. En effet, dans les deux premières longueurs l'absence de fissures empêche l'ajout facile de coinceurs et l'équipement en place est très parcimonieux. Il s'agit donc d'une vraie voie de terrain d'aventure qui demandera une certaine détermination.
Son orientation sud-ouest la rend très agréable à parcourir à l'automne.

NB : les topos de J.-P. Gass et de J.-M. Morisset décrivent la voie de façon très succinte, voire franchement ésotérique.


Fiche technique : cime du Gélas, voie Lasserre-Pistone.
Difficulté D+.
Ouvreurs F. Lasserre et C. Pistone le 15 août 1967.
Point de départ Refuge de la Madone de Fenestre, 1903 m.
Dénivelée 1240 m depuis la Madone de Fenestre dont 250 m d'escalade.
Equipement Terrain d'aventure. Peu de pitons en place. Compléter par un jeu de coinceurs, 4-5 friends petits et moyens.
Carte IGN 3741 OT Vallée de la Vésubie.
Horaire 3-4 h de l'attaque au sommet. Compter 8 à 10 pour l'ensemble de la course.
Orientation Sud-ouest.


La course clés en main

Approche : depuis le refuge de la Madone de Fenestre, prendre le sentier en direction du lac de Fenestre. Le quitter (après environ 50 mn) sous un gros rocher isolé dans une prairie pour prendre à droite une sente qui longe le pied des arêtes du Saint-Robert. En suivant cette sente, bien balisée par les cairns, on gagne successivement le lac Mort (2527 m) puis le lac Blanc (2665 m). Depuis le lac Blanc, gagner le pied de la face sud-ouest par des éboulis en direction du nord-est. Compter 2 h / 2 h 30.

Itinéraire :
* L1 : attaquer au point le plus bas de la face (cairn) dans une dalle blanche qu'on gravit en ascendance à gauche. Gagner le 1er relais sur une banquette peu marquée (IV+, 2 pitons, engagé). 40 m.
* L2 : traverser à droite quasiment horizontalement sur 10 m puis monter droit dans la dalle qui suit. Le relais est à gauche du fil de l'éperon après la dalle (V, engagé). 45 m.
* L3 : du relais traverser à droite pour gagner le fil de l'éperon que l'on remonte (V). Relais sur une vire après un petit surplomb. 20 m.
* L4 : forcer un petit mur au-dessus du relais (V). Suivre le fil de l'éperon qui se couche (III+) jusqu'à une dalle à gauche du fil où se trouve le relais. 45 m.
* L5 : monter dans les dalles fracturées (V, attention au rocher) à gauche et gagner une brèche sur le fil. Ne pas continuer sur le fil après ce point (pitons de cordées qui se sont trompées) mais descendre à droite de 2 m et traverser horizontalement sur 20 m dans une dalle facile (III) jusqu'à trouver un relais. 40 m.
* L6 : gravir la fissure droit au-dessus du relais (V), puis une dalle et un surplomb (IV) après lequel on trouve le dernier relais.
* Par une dernière longueur facile (II+) prendre pied sur l'arête sud du Gélas. La suivre, souvent sous le fil versant ouest, pour gagner le sommet sud (3138 m). Descendre ensuite à la brèche séparant les deux cimes et gagner le sommet nord, point culminant, par une trace dans des éboulis faciles.

Descente :
1) Par la voie normale et son couloir est. Déconseillée : mauvais rocher, chutes de pierres dès qu'il y a du monde.
2) Par l'arête nord-est. Très joli, aérien, beau rocher, mais descente un peu plus difficile que la précédente.