NewsTopos SkiTopos AlpinismeConditions cascades de glaceConditions Mixte MontagneVTTPhotosPanoramasHistoriqueCuriositésVoyagesLiens
BiographieNewsletterContact
Mont Pélago (2768 m) : couloir Nathalie.




Deux passages du couloir Nathalie : la sortie de l'antre du Migou et une mini-goulotte sympathique.


Aller faire du mixte dans la face ouest du Pélago a toujours un parfum un peu particulier. D'abord parce que ce versant ne manque pas d'impressionner, par son ampleur, ses 600 mètres de dénivelée et son coté austère de muraille sombre. Ensuite parce que, par essence, le mixte dépend fortement des conditions climatiques et météorologiques si bien que les difficultés peuvent fortement varier d'une année à l'autre.
Le couloir Nathalie, par bonnes conditions, offre des difficultés raisonnables mais c'est déjà une entreprise sérieuse pour les raisons évoquées plus haut. Et puis n'oubliez jamais, surtout au Pélago, qu'une fois au sommet la course n'est pas finie : la descente est une classique du fourvoyage mercantourien.


Fiche technique : mont Pélago, couloir Nathalie.
Difficulté AD mixte.
Ouvreurs Inconnus. L'ouverture (2003) mentionnée dans le topo de Jean-Paul Gass est erronée. Plusieurs parcours antérieurs recensés.
Point de départ Le Boréon, gîte d'étape, 1500 m.
Dénivelée 1268 m au total, 600 mètres de l'attaque au sommet.
Equipement Pas d'équipement en place. Prévoir 2 broches et 2-3 pitons en en-cas
Carte IGN 3741 OT Vallée de la Vésubie.
Horaire 2 h 30 de l'attaque au sommet. Compter 7 heures pour l'ensemble de la course par bonnes conditions.


La course clés en main

Accès routier : de Nice. Remonter la RN 202, direction Digne. A la sortie de Plan-du-Var, à droite après le pont, remonter la D 2565 jusqu'à Saint-Martin-Vésubie. De Saint-Martin-Vésubie, gagner le Boréon, prendre le premier lacet après le lac et se garer sous le gîte d'étape (balise 370).

Approche : remonter le vallon des Erps pour découvrir rapidement la paroi ouest du Pelago. Repérer dans le bas de la paroi un triangle évident d'environ 200 m de haut. Le couloir se trouve à droite de ce triangle, large écharpe ascendante à gauche dans sa partie basse. Gagner le couloir par un cône d'éboulis (1 h / 1 h 30).

Itinéraire :
Attaquer le couloir par des pentes à 45° jusqu'à un ressaut rocheux mixte (III). Le franchir par la droite et en sortir par un trou s'il n'est pas bouché par la neige. Continuer à gravir le couloir puis obliquer à gauche dans des pentes un peu moins redressées. Au sommet de ces pentes, le couloir s'oriente franchement à droite (45°). Franchir un ressaut en mixte ou glace et se porter sous les deux branches de sorties. Prendre la branche de droite (branche de gauche, 45/50° - source : J.-Ph. Gambaudo) et atteindre une courte arête secondaire (sortie à 50°). Par cette arête gagner la crête sommitale. La suivre (ensemble de II et III) en direction du sud pour gagner le sommet.

Descente : par la voie normale. Du sommet tirer au sud sur la crête pour trouver une grande combe qui semble descendre directement sur le Boréon au sud-ouest. Descendez cette combe et franchissez-là à main droite environ 250-300 m sous le sommet. Elle mène à une crête secondaire orientée au sud-ouest. Franchir cette crête pour basculer à nouveau sur le vallon des Erps. De là, un couloir, quelques gradins rocheux (toujours en tirant vers le sud) et votre sens de l'itinéraire doivent vous permettre de regagner le vallon des Erps. Pour éviter toute mauvaise surprise lors de votre descente, repérez-là depuis le bas lors de l'approche.